Deux défis

À proposLes commentaires sont fermés pour cet article.

Vous êtes ici :Deux défis

Deux défis importants à relever pour renforcer le développement économique en matière de francophonie ont été recensés, soit le manque de connaissance du marché et la nécessité d’une concertation de tous les intervenants.

Afin de s’attarder à ces enjeux, le Forum se prêtera comme moyen, en tant que lieu de dialogue privilégié, duquel découleront une série d’actions concertées.  En ce sens le Forum constitue un nouveau début qui devrait mener les partenaires (gouvernementaux, associatifs et privés) à entamer un cheminement vers l’articulation d’une vision à plus long terme qui facilitera la pleine participation de la francophonie à l’économie canadienne.  Le Forum se veut donc une opportunité unique de dialogue sur les priorités et moyens à instaurer dans les prochaines années.

Il importera donc d’adresser directement les deux principaux défis au centre des réflexions du Comité directeur du Forum :

  • Le développement d’un espace économique francophone dans les provinces et territoires et sur le plan national est un phénomène relativement nouveau : Il a été noté qu’il y a un manque important de données statistiques sur l’ampleur du marché francophone canadien et sur le potentiel de l’espace économique francophone.  Au cours des prochaines années, il sera nécessaire de mieux connaître et comprendre les dynamiques sur le terrain en matière d’économie et de francophonie.  À titre d’exemples, il faut mieux connaître le nombre d’entreprises qui utilisent ou peuvent utiliser le français au Canada, le potentiel économique de l’immigration francophone, les secteurs de l’économie dans lesquels participent déjà les francophones, les secteurs de l’économie où les francophones sont moins représentés, etc.  Cette connaissance accrue du marché facilitera la prise de décision par les intervenants dans ce domaine, y compris la Conférence.
  • Le besoin de dialogue : Les ressources étant rares, tous les intervenants qui travaillent pour le renforcement de l’espace économique francophone canadien devront choisir leurs priorités d’action, que ce soit par rapport aux créneaux économiques à développer, aux marchés pancanadiens nord-sud et est-ouest à ouvrir ou à d’autres sujets tout aussi importants.  Ces types de décision exigeront la tenue de discussions entre de nombreux intervenants gouvernementaux, associatifs et privés.  Il sera nécessaire de prévoir des mécanismes souples qui appuieront la tenue de ces discussions et la concertation entre les intervenants qui œuvrent à l’avancement de la francophonie et ceux qui œuvrent à l’avancement de l’économie.

Qui plus est, les univers du développement économique et du développement de la francophonie dans son ensemble sont souvent vus comme étant distincts et presqu’étanches.  Une telle conception de la réalité sert mal la société canadienne, notamment dans le contexte d’une économie mondialisée dans laquelle les capacités linguistiques des individus et des communautés constituent un avantage stratégique clé.  Les intervenants en développement économique croisent rarement les intervenants en développement de la francophonie.  Les uns et les autres voient rarement les avantages mutuellement bénéfiques à agir de façon concertée, d’où la nécessité d’arrimer les enjeux économiques aux enjeux de la francophonie canadienne.

Le Forum s’est inscrit ainsi dans une démarche d’établissement d’un dialogue élargi pour l’ensemble des acteurs qui n’ont pas souvent l’occasion d’échanger, de partager leurs connaissances, leurs meilleures pratiques, et qui plus est, de travailler de manière cohérente et horizontale dans l’optique d’accroître les retombées économiques pour les communautés francophones et québécoises du Canada.  C’est donc dans ce contexte que le Comité directeur du Forum souhaite que ce Forum puisse permettre d’atteindre des résultats précis.

C’est dans cette logique que l’Alliance économique francophone a été créée.

Issues and challenges

Two major challenges have been identified in strengthening economic development with reference to the Francophonie: a lack of knowledge of the market and the need for coordination of all stakeholders.
The Forum will provide a means of addressing these challenges, providing a special place of dialogue that will result in a series of concerted actions. In this sense, the Forum constitutes a new beginning that should inspire the partners (governmental, community and private sector) to begin a move towards the articulation of a longer-term vision that will facilitate the Francophonie’s full participation in the Canadian economy. The Forum therefore aims to provide a unique opportunity for dialogue on the priorities to focus upon and the resources to put in place over the coming years.
It will therefore be important to directly address the two major challenges at the centre of the Steering Committee’s concerns:

  • The development of a francophone economic space in the provinces and territories and at the national level is a relatively new phenomenon. It has been noted that there is a significant lack of statistical data on the size of the Canadian francophone market and on the potential for the francophone economic space. In the coming years, it will be necessary to increase our knowledge and understanding of the dynamics on the ground regarding the economy and the Francophonie. For instance, we must ascertain the number of businesses that use or are able to use French in Canada, the economic potential of francophone immigration, the sectors of the economy in which Francophones are already participating, the sectors in which Francophones are underrepresented, etc. This increased knowledge of the market will facilitate decision-making on the part of stakeholders in this sphere, including the Conference..
  • The need for dialogue. With resources at a premium, all stakeholders working toward strengthening the francophone economic space in Canada will have to choose their priorities for action, whether in terms of the economic niches to be developed, the north-south and east-west pan-Canadian markets to be opened up, or other equally important issues. These types of decision will require discussions to be held between numerous stakeholders from governments, communities and the private sector. It will be necessary to prepare flexible mechanisms that facilitate these discussions and collaboration between stakeholders working towards the advancement of the Francophonie and those working on economic growth.

Moreover, economic development and development of the Francophonie as a whole are often regarded as separate, almost completely unrelated universes. Such a view of reality does not serve Canadian society well, especially in the context of a globalized economy in which the language skills of individuals and communities are a key strategic advantage. Those involved in economic development seldom cross paths with those involved in the development of the Francophonie. The two groups rarely see the mutual benefits of taking concerted action, and hence there is a need to connect economic issues with the issues of the Canadian Francophonie.

The Forum is therefore part of the process of starting a broader dialogue for a whole group of stakeholders who do not often have the opportunity to hold discussions, share their knowledge and best practices, and work in a coherent fashion across different disciplines with the aim of increasing economic benefits for the francophone and Québecois communities in Canada. In this context, the Forum Steering Committee hopes that the Forum will help to achieve specific results.

It is in this logic the Alliance économique francophone has been founded.

Haut
Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On Linkedin